secrets-de-la-guerre-froide

secrets-de-la-guerre-froide

Opération « MARABOUT »……à l’assaut du…… « LOW-BLOW ».

 

 

Rédacteur : Jacques Suspène.

 

 

 

Expérience de l’occulte …. c’est l’une des définitions nombreuses du mot « marabout » parmi beaucoup d’autres, mais ce n’est pas la bonne qui va s’appliquer dans mon récit.

 

           « Low-Blow » était la désignation donnée par les services de renseignements de l’OTAN au radar de conduite de tir du récent système sol-air soviétique SA3. Il intriguait et intéressait au plus haut point les experts occidentaux.

 

Le premier système SA3 fut déployé en RDA en  aout 1967 pour protéger l’aérodrome soviétique de BRAND qui abritait un dépôt d’armes nucléaires et un régiment de chasseurs-bombardiers Yak-28. Puis, comme une poussée de champignons, rapidement les principaux aérodromes militaires soviétiques en RDA furent dotés de ce système, vinrent ensuite les aérodromes de l’Armée de l’Air  Est-Allemande.

 

Les sections « Air » des trois Missions Militaires de Liaisons Alliées de POTSDAM (MMLA) suivaient avec précisions et détails la construction de ces nouveaux sites de défense Sol-Air soviétiques, ainsi que la mise en place de ces très récents  équipements. Ces nouveaux sites étaient tous implantés à quelques kilomètres à l’ouest de chaque zone à protéger. Chose logique car pour les forces du Pacte de Varsovie, la menace venait de l’Ouest.

 

Les radars de détection des cibles, associés à ce système étaient relativement connus. A l’inverse, ce radar de conduite de tir « Low-Blow », l’était peu et les services d’analyses techniques de l’ensemble des Etats-Majors étaient friands de toutes nouvelles informations sur lui.

 

Les centres d’écoutes et les avions de guerre électronique guettaient tous les nouveaux signaux émanant de cette « nouvelle bête » …. Elle devenait une cible prioritaire dans les axes de recherches. Pour les trois missions Alliées, toutes photos ou films faisaient le bonheur des « Missionnaires ».

 

Au nord de Berlin, se trouvait un important aérodrome soviétique : FINOW, terrain situé en Zone Interdite Permanente (ZIP) pour les MML Alliées. Ce terrain fut à son tour doté de ce nouveau système et par chance pour nous, situé juste en limite de … ZIP … .donc avec « une pénétration à réaliser plus courte » ….. avec l’aval de notre Chef des Opérations (Chef/Ops).

 

Bien évidemment, il fut l’objet de multiples prospections de la part des trois Missions ce qui rendit cette zone très « sensible » dans le domaine de la sécurité des « Missionnaires ». Les zones alentours devinrent vite truffées de pancartes anti-missions, les chemins barrés et la zone boisée autour du site devint très délicate d’approche et de pénétration.

 

Cette nouvelle « bête » était peu souvent observée en fonctionnement et les rares photos de ce radar en mouvement étaient hautement appréciées.

 

La « bête », était constituée de plusieurs « bras » battant chacun dans des axes différents et de façon difficilement descriptible…on le baptisait de plusieurs surnoms…pour moi c’était « un sapin de Noël » et quand il fonctionnait il paraissait agité par un vent de tempête, un détail intéressant à noter, lorsqu’il fonctionnait : il était très bruyant.

 

Voyons cette « bête » :

 

low-blow 1.jpglow-blow 2.jpg

(Et tout bougeait ….. dans tous les sens)

 

                   low-blow 3.jpg    low-blow 4.jpg

 

low-blow 5.png

 

( photo MMFL prise à « la cloture d’un site »)

 

 

Mais revenons au « Marabout » : il s’agissait pour la Section Air de la MMFL, là aussi « d’une chose bizarre, intrigante ». C’était la désignation d’une mallette noire que l’Officier « Télec » (Electronicien) de la section Air embarquait lors de certaines prospections dites « tournée radars ». Lui seul savait quel autre « boitier bizarre »  devait être introduit dans la mallette en fonction du radar que l’on observait en fonctionnement…Il fallait alors tenter de s’approcher au plus près du radar.

 

            Cet équipement appelé « Marabout » était en fait un intercepteur de signaux radars, signaux que ne pouvaient intercepter les Centres d’Ecoutes de Guerre Electronique ou les avions spécialisés.

 

            Cette « bizarrerie »  de haute technologie développée par la DGA (Délégation Générale pour l’Armement) était mise en place à la MMFL par la section renseignement technique électronique du 2ème Bureau de l’EMAA (Etat-Major de l’Armée de l’Air), commandée à l’époque par un « gourou » en ce domaine, le Commandant HENAULT qui fit énormément avancer le « Renseignement Technique  dans le domaine Electronique ». Hommage et respect à lui.

 

insigne 2B.jpg

 

       (Représentation très symbolique de l’insigne du 2ème Bureau de l’Etat-major de l’Armée de l’Air : Aile de l’Armée de l’Air ; mappemonde et sphinx » )

 

 

Notre « Marabout » n’était pas notre équipement préféré car nous ne pouvions en connaitre les résultats immédiats et il faisait souvent des allers et retours sur Paris pour de sans cesse modifications et améliorations. Les « boitiers » utilisés étaient retournés vers le 2B, mais nous avions du mal à en connaitre les résultats. Nous en étions frustrés. Puis son intérêt opérationnel se fit moindre et nous fut retiré.  J’en garde cependant un souvenir marquant…..

 

            Venons-en maintenant à mon « Opération Marabout »….Me voici jeune « Missionnaire » venant du  2ème Bureau de l’Armée de l’Air, affecté depuis quelques mois à cette merveilleuse unité qu’était la MMFL. Comme déjà écrit dans un lointain article précédent du Blog, j’ai eu la chance d’avoir comme formateur « terrain » deux formidables mentors : « André » et « Jojo ». A chaque « sortie », pas une seconde n’était perdue, tant en conduite, en navigation, en astuces, en tactique de camouflage, de sécurité, de recherche de bons PA (point d’attente) ou PO (point d’observation), de filature de convois ou de contre-filature vis-à-vis de nos suiveurs avec des astuces pour nos « coups de sécurité »….et de plein de choses encore que vous découvrirez peut-être dans de futurs articles….Immense merci à eux deux…mais j’oubliais… ils m’apprirent aussi parfois de ne pas tout dire aux Chefs….surtout quand les photos étaient prises de ….trop près et ne jamais montrer sur une carte où était très précisément le PO, ou le montrer avec une main étalée sur le point de la carte…. Mais mes deux premiers Chefs Ops/Air n’étaient pas dupes car ils avaient eu les deux même extraordinaires « mentors ». De nouveau immense merci au commandant André LALLEMAND, qui tout là-haut doit bien rire, et à « Jojo » que j’espère revoir bientôt dans une prochaine réunion.         

 

 

mentors 1.jpg  

mentors 2.jpg   mentors 3.jpg

(Mes Mentors…et …..compères…respects à vous mes Amis et immense Merci.)

 

A tour de rôle un équipage Air était d’astreinte, en « Alerte ». Un Week-End de mes débuts de « carté » (titulaire d’un Propousk), je le fus avec « André » et « Jojo »…près du téléphone…en espérant qu’il sonne à bon escient…pour un départ opérationnel.

 

            Et ce fut le cas, « Jojo », de sa plus joyeuse voix  me dit au téléphone : «  Allez Jacquot on part, rdv dans 30mn à la Mission »…joie pour le « Missionnaire » certainement moins pour la famille…. Vite on ferme sa « gamelle », on s’habille et hop direction notre MMFL au sein du quartier Napoléon. La VGL (Véhicule de Grande liaison) a déjà été mise en place par les permanents. Je pénètre vite dans la zone « opérationnelle » du bâtiment et rejoins mon Chef d’équipage (CE). Il m’accueille en me disant « j’attends Jojo, mais nous allons aller chatouiller le Low-Blow de FINOW… il tourne ; prépare le « cercueil » avec beaucoup de films ».  Je vérifie le « cercueil » (terme qui désigne notre long et profond sac de cuir qui contient tous les équipements photos). A côté du cercueil est présent le « Marabout », voyant mon étonnement, mon  CE me dit « On va tenter de se faire les signaux de la bête». Jojo arrive dans la foulée.  

 

 Notre CE nous explique avoir été prévenu par la permanence de se rendre  auprès du DE32 (Détachement de Guerre Electronique) situé sur la base aérienne de Berlin-TEGEL. Il y apprend que depuis quelques dizaines de minutes le Centre intercepte des signaux émanant du Low-Blow de FINOW. Devant l’importance de cette information, notre mission est déclenchée après accord de notre Chef-Ops. Jojo, après préparation de la navigation avec André, range ses cartes aux différentes échelles et ferme sa « sacoche observateur ». Pour ma part, après avoir embarqué le cercueil et les gamelles, je m’occupe de la vérification de la VGL et de ses équipements. Tout est OK et nous partons.

 

            Je suis le conducteur et pour l’une de mes premières « sorties » je suis gâté. André et Jojo, qui m’ont déjà testé me mettent en confiance car cette mission est importante si la chance est avec nous.

 

 

Nous passons le « Pont des espions », « Jojo » va présenter nos Propousks et nous voilà en RDA.

 

Bien que FINOW, situé au nord de BERLIN, ne soit pas très éloigné, mes « Maitres » décident de prendre le cap Sud vers Dresde. Nous sommes un dimanche et la Stasi semble encore passive probablement surprise par ce jour et heure de départ. Malgré tout, les mesures de sécurité sont réalisées, puis subitement le cap Nord est pris à grande vitesse. Nouvelles mesures de sécurité et  nous nous enfonçons dans les belles forêts du Nord Berlinois.

 

            Vous vous doutez que dans la VGL, plus nous approchons du site, plus la vigilance est de mise, Jojo comme un co-pilote de rallye me donne des instructions précises et courtes. A l’arrière, André prépare son Marabout et autres équipements. Nous pénétrons dans la forêt du site, le plus silencieusement possible, André descend et reconnait à pied les chemins. Jojo me guide à petite voix et me conseille pour éviter les pièges…André nous fait signe qu’il entend le radar tourner….la tension monte dans l’habitacle…pourvu que « ça dure »…et « ça va durer, l’œil d’Astérix est avec nous ».

 

 

pont 2.jpg

 

            Enfin nous sommes très très près du site. A son tour Jojo fait une petite reco à pied. Il revient en souriant, le pouce en l’air. Il me guide pour enfoncer davantage la VGL dans la forêt.

 

Je coupe le moteur, et joie… j’attends le bruit du Low-Blow en fonctionnement ; moment plus stressant, André avec son « outil » et Jojo avec ses appareils photos, vont s’approcher à pas feutrés de la « bête ».  Je reçois les consignes : rester dehors près du volant, en « chouff », être vigilant à tous bruits et si « perception hostile » émettre de petits sifflements…je trouve « très drôles » mes deux compagnons... « de petits sifflements avec le bruit que je trouve fort du radar »….

 

Les minutes s’égrenent….au pied de la VGL…ma vigilance est au max…rien toujours rien….puis d’un seul coup ….silence….le Low-Blow, après un petit grognement s’est tu !

 

Et là de nouveau une attente encore plus palpitante…des bruits, des petits craquements m’indiquent une approche, des voix soviétiques émanent du site…..délivrance j’aperçois André et Jojo, arrivant sur la pointe des pieds mais avec de très larges sourires….Lentement ils embarquent, tenant leurs portes et me demandent de démarrer et de rouler le plus lentement possible. A peine démarré André me chuchote...Stop.

 

Il vient de percevoir de nouveau « notre sapin de Noël » en fonctionnement. Il décide de nous éloigner d’environ 800 mètres du site, il souhaite réaliser un nouvel enregistrement…stop et de nouveau un long moment de silence dans la voiture. Après quelques minute André nous donne alors le « top » retour. Sur les conseils avisés de Jojo nous quittons le plus discrètement possible la zone. Jojo prenant même le soin, par moments de descendre et d’effacer nos traces avec des branchages.  Il avait raison, ne jamais « griller » un bon PO, nous pourrions y revenir.

 

En « zone libre » il me raconte enfin leur aventure et un détour à cause d’un mirador occupé. Jojo sort de ses poches de nombreux rouleaux de pellicule exposée et André fait des prières pour que notre « Marabout » ait accompli son rôle….

 

Nous prenons le chemin du retour, non pas directement malgré notre envie, mais en « siouxant » afin de tenter de ne pas dévoiler quel avait été notre objectif.

 

Le « Pont de Glienicke » est franchi de nouveau mais en sens inverse et sans encombre, avec notre « musette » pleine de renseignements. Comme l’écrit le Général Manificat dans son livre « Le Pont des espions », « dans l’habitacle la tension disparait d’un seul coup et nous respirons à nouveau l’air de l’Ouest, celui de la Liberté !

 

Mais la mission ne s’arrête pas là, au retour compte-rendu au Chef-Ops, CR sommaire par messages aux Etats-Majors, reconditionnement des matériels et  attente du développement des films car j’étais à ce début de séjour photographe-observateur. Vous pensez bien que tous les trois, nous étions impatients du résultat. Les photos de Jojo étaient excellentes. Pour le « Marabout », les résultats positifs arrivèrent bien plus tard.

 

La « mission MARABOUT » venait de prendre fin avec succès et nous en étions tous fiers. J’ai encore parfois en mémoire et je l’ai en écrivant ce souvenir de mission, le « bruit » du Low-Blow.

 

Cette mission, comme toutes celles menées par les trois Missions Militaires Alliées de Potsdam était une minuscule goutte d’eau dans le monde du renseignement, mais elle apportait modestement sa contribution à une meilleure connaissance des systèmes adverses et contribuait à une meilleure protection de nos hommes et de nos équipements.

 

insigne Otan.jpg

 

 

(Jusqu’en 1989 environ, tous les ans les experts-Air des services de Renseignements de l’OTAN se réunissaient au siège de l’OTAN à Bruxelles pour mettre à jour les catalogues MC260, sur les matériels aériens, radars et Sol-Air, des Forces du Pacte de Varsovie. Ce sont majoritairement des photos prises par les trois missions Militaires Alliées de Potsdam qui illustraient ces catalogues majeurs pour la connaissance des Forces potentiellement ennemies. Pendant plus de 10 ans je participais à ces réunions où parfois j’y  retrouvais des « missionnaires Alliés ». Que de souvenirs échangés autour de bonnes bières bruxelloises…).

 

Bien souvent, je fis de nouveau « équipage » avec mes deux « brillants compères, mes maitres ». André et Jojo n’hésitèrent pas de nouveau, à me laisser seul, au pied de la VGL, dans d’autres missions…que de souvenirs. Que de belles aventures aussi… que j’écrirais peut-être un jour.

Cette vie de « Missionnaires » en équipage était une vie merveilleuse et exaltante d’aventures humaines…avec parfois des moments de peines …et aussi de frissons inexplicables de crainte, de peur…. mais si précieux, car tout reste gravé en soi et ressort parfois très longtemps après….comme aujourd’hui….

 

Merci à André et à Jojo. Merci aussi à la confiance et la liberté que nous accordaient nos Chefs…..Vive la MMFL…..et un joyeux clin d’œil à tous les « Missionnaires ».

                                         

« Merci aussi à l’œil d’Astérix, vous en découvrirez la symbolique dans un très prochain article.»

 

Jacques Suspène.



13/06/2024
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 301 autres membres