secrets-de-la-guerre-froide

secrets-de-la-guerre-froide

Le soldat soviétique et le missionnaire (P.M)

Quel danger représentait le soldat soviétique pour le missionnaire ? Le danger le plus important était son manque d’information sur les missions militaires alliées, laissant la porte ouverte à toutes les réactions, violentes ou non, légitimes ou pas. Alors qu’à l’Ouest, les Alliés étaient parvenus à diffuser des instructions très précises sur l’existence des missions soviétiques en RFA, sur leurs droits et sur la protection dont ils bénéficiaient, et ce jusqu’aux plus petits échelons, les Soviétiques furent incapables ou ne jugèrent pas nécessaire de donner des instructions à leurs troupes précisant que l’usage de la force à l’encontre des missionnaires était strictement interdit.  D’où se produisit toute une série d’incidents se traduisant par une escalade de la violence et aboutissant à la mort du commandant Nicholson, de la Mission américaine, abattu par une sentinelle soviétique le 24 mars 1985, près de Ludwigslust.    Cette impuissance, réelle ou feinte, à diffuser une information et des consignes précises concernant la conduite à tenir vis-à-vis des Missions eut donc des conséquences tragiques pour les missionnaires qui essuyèrent de nombreux tirs faisant plusieurs blessés et qui furent les victimes d’innombrables agressions sur leurs personnes ou sur leurs véhicules.           Formé au secret et politiquement sûr, le soldat russe transplanté en RDA recevait une formation rigide qui ne développait guère son initiative. L’Armée Rouge exigeait une obéissance aveugle et formelle aux ordres, appuyée sur une conception archaïque de la discipline et confortée par l’usage de brimades institutionnalisées (dédovchtchina)[1]. Face à une situation inattendue, la sentinelle isolée réagissait surtout par peur de la critique ou de l’erreur. Elle avait en tout cas la détente plus facile que son homologue de l’OTAN. La jeune sentinelle meurtrière n’était pas un monstre assoiffé de sang mais un échantillon tout à fait représentatif du soldat soviétique livré à lui-même.

                                    D’autant qu’il existait des différences culturelles et juridiques entre les Soviétiques et les Occidentaux sur les conditions d’ouverture du feu d’une sentinelle en arme.

Un simple panneau   « Stoïstrelyiaout »[2] suffisait apparemment pour justifier un tir sans sommations sur les missionnaires comme sur la population allemande. De la même façon, au volant de son camion ou aux commandes de son blindé, le conducteur soviétique obéissait sans état d’âme à son chef de bord lorsqu’il s’agissait de bloquer un véhicule de mission.

            En unité constituée, tout dépendait en fait de l’encadrement. Livrés à eux-mêmes, les simples soldats avaient rarement une attitude agressive. Ils contemplaient les missionnaires le plus souvent avec curiosité. Parfois, ils les ont même aidés à se tirer d’affaire en tractant leur voiture ou en leur transférant de l’essence. Enfin, on pouvait aussi observer une tendance assez fréquente, chez les Russes, à la passivité ou à une forme de fatalisme (« advienne que pourra ») qui peut expliquer des comportements aberrants sur le plan de la discipline, comme un pilote de char ou de BMP ivre écrasant des voitures, ou une ivresse générale en service à l’occasion des grandes fêtes (7 novembre, 23 février, 31 décembre), des abandons de poste et des désertions.

            En revanche, certaines unités semblaient avoir reçu des consignes très précises vis-à-vis des missionnaires, mais malheureusement pas dans le sens de leur immunité. Leurs chefs les avaient désignés comme des adversaires dès le temps de paix. C’était le cas des brigades d’assaut par air qui pratiquaient « l’Intifada » dès qu’ils apercevaient une voiture de mission, ou des Spetsnatz[3] qui participèrent souvent à des embuscades préparées pour tenter de récupérer les matériels techniques utilisés par les missions. Au début des années 80, sous l’impulsion du nouveau Commandant en chef du GFSA, le général d’armée Zaïtsev, des groupes dits « de prise » ou d’intervention, ont été mis sur pied dans chaque base aérienne, pour intercepter, et si possible saisir, toute voiture de mission en observation de l’activité aérienne, sur renseignement fourni par les suiveurs de la Stasi participant eux-mêmes, habillés parfois en tenue de combat soviétique.

            C’est pourquoi les missionnaires, face au comportement aléatoire du soldat soviétique moyen, comprirent vite que leur protection ne reposait que sur eux-mêmes, sur leur professionnalisme et leur capacité d’adaptation, et ils prirent l’habitude de saisir toutes les occasions favorables, y compris celles du calendrier des fêtes, lorsque la vigilance était nettement plus relâchée, pour approcher de plus près les objectifs les plus intéressants.

 

Patrick Manificat

 



[1] Dedovchtchina : système de brimades des jeunes recrues par les plus anciens (dedya), toléré par la hiérarchie comme faisant partie de la formation militaire, comme un « bizutage » institutionnel sans contrôle des débordements sadiques ou mafieux qu’il pouvait engendrer. Les cas de suicides et de désertions de jeunes victimes de la dedovchtchina ne sont pas rares.

[2] « Danger de mort » – littéralement : « Halte ou l'on fait feu ». L’écriture en cyrillique ne facilitait pas la compréhension.

[3] Forces spéciales soviétiques.

 

 

 



20/04/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 124 autres membres