secrets-de-la-guerre-froide

secrets-de-la-guerre-froide

CONFERENCE ET ACCORDS DE POTSDAM 17 juillet/2 août 1945

Par Daniel Pasquier

 

 

Il y a 75 ans, le 2 août 1945, l’Union soviétique, les Etats-Unis d’Amérique et la Grande-Bretagne signaient les accords de Potsdam, à l’issue d’une conférence de deux semaines, organisée au château de CECILIENHOF.

 

 

Capture 01.PNG

 

Joseph STALINE, Harry TRUMAN, Winston CHURCHILL puis son successeur Clement ATTLEE, vainqueur des élections parlementaires britanniques du 26 juillet 1945, représentaient les trois vainqueurs de la seconde guerre mondiale. La France et le gouvernement provisoire du général de GAULLE n’étaient pas représentés mais furent invités à signer le texte final des accords.

Les trois chefs d’Etat étaient accompagnés de leurs ministres des Affaires étrangères,[1] Vyacheslav MOLOTOV, James BYRNES et Anthony EDEN et de délégations militaires, respectivement conduites par le maréchal Georgy JOUKOV, le général d’armée Georges MARSHALL et le Field Marshal sir Alan Francis BROOKE.

Cette conférence faisait suite à la conférence de Yalta (février 1945) au cours de laquelle l’Allemagne et sa capitale Berlin avaient été divisées en quatre secteurs soviétique, américain, britannique et français. Mis à part quelques moments de tension, la conférence s‘est déroulée dans une ambiance amicale et détendue. A tour de rôle, les chefs de délégation, qui disposaient à l’intérieur du château de locaux de travail et de repos, organisaient des diners, des soirées concert ou des spectacles folkloriques.

 

 

 

PRINCIPALES DECISIONS DE LA CONFERENCE DE POTSDAM

 

 

Capture 02.PNG

 

 

Un conseil des ministres des Affaires étrangères fut créé. Siégeant à Londres, il   regroupait les représentants de l’Union Soviétique, des Etats-Unis, de la Grande Bretagne de la France et de la Chine. Cet organisme devait, à l’issue de la conférence de Potsdam, préparer les différents accords de paix et formuler des propositions pour les règlements à caractère territorial.

Le sort de l’Allemagne, déjà divisée en quatre zones d’occupation lors de la conférence de Yalta, fut scellé de manière impitoyable.

  • Complet désarmement et démilitarisation. Pour éviter la renaissance du nazisme, toutes les structures militaires furent démantelées, depuis les forces armées (terre, air, mer, SS, SA, Gestapo) jusqu’aux associations patriotiques et d’anciens combattants ;
  • Dissolution du Parti national Socialiste ;
  • Les criminels de guerre seront traduits en justice le plus rapidement possible ;
  • L’Allemagne sera reconstruite sur des bases démocratiques ; son économie sera restaurée selon des principes pacifiques et sous contrôle des alliés ;
  • Par le principe des réparations, l’Allemagne compensera les pertes et souffrances qu’elle a imposées aux nations qu’elle a agressées,
  • Les populations allemandes de Pologne, Hongrie et Tchécoslovaquie seront expulsées et transférées de manière équilibrée dans les quatre zones d’occupation alliées.

Sur le plan territorial, la ville de Königsberg fut transférée à l’Union soviétique et la frontière polonaise occidentale fut délimitée selon une ligne mer Baltique/cours de l’Oder jusqu’au confluent de la Neisse occidentale, puis jusqu’à la frontière tchécoslovaque.

 

 

CONCLUSION

 

 

La conférence de Potsdam est à juste titre considérée comme un des faits majeurs du vingtième siècle. Elle a marqué la fin de la seconde guerre mondiale[2] , elle a jeté les bases de la refonte du monde après 1945 mais elle a également déclenché le début de la guerre froide au cours de laquelle les missions militaires alliées de Potsdam prendront toute leur part.

Une exposition remarquable, organisée par la Fondation des palais et jardins de Prusse du land de Brandebourg, lui est actuellement consacrée au château de CECILIENHOF et ce jusqu’au 1 novembre 2020.

 

Capture 03.PNG



[1] Parmi la délégation soviétique figurait un jeune diplomate, appelé à un brillant avenir, Andreï GROMYKO.
 

[2] A l’exception de la guerre avec le Japon qui n’a capitulé que deux semaines plus tard, le 15 août, après les frappes nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki.



25/08/2020
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 216 autres membres