secrets-de-la-guerre-froide

secrets-de-la-guerre-froide

Hommage des Anciens de la MMFL au commandant André Lallemand, à Granges-sur-Vologne, le 10 juin 2021.

 

Andre LALLEMAND.jpg

 

 

Cher André,

 

Les anciens de la Mission Militaire Française de Liaison près du commandement soviétique en Allemagne, au nom de qui je m’exprime ici, souhaitent vous rendre un dernier hommage avant de dire À Dieu au bon camarade et à l'ami fidèle que vous avez été pour nous tous.

 

Votre carrière militaire a été retracée, mais je voudrais simplement évoquer le frère d’armes et l'homme que j'ai connu.

 

Comme un prélude au temps fort dans votre carrière qu’a été pour vous votre séjour à la MMFL, vous avez été affecté en 1963, à la sortie de l’École Militaire de l’Air à Salon-de-Provence, comme second de l’Escadron Électronique sur la base aérienne de Berlin-Tegel. C’était un moment passionnant pour vous et aussi un défi, puisque cette unité spéciale se renforçait avec de nouveaux matériels très sophistiqués. Vous commencez alors à acquérir une solide expérience dans le domaine de la recherche du renseignement sur les force aériennes soviétiques et est-allemandes.

 

Et c’est en 1968 que le colonel Rohé chef de la MMFL, intéressé par votre profil professionnel, vous recrute pour la Mission de Potsdam où vous apportez une précieuse compétence technique qui lui manquait.

 

J’ai fait votre connaissance à mon arrivée à la Mission l’année suivante. Vous étiez déjà pour les aviateurs de la Mission une référence professionnelle reconnue et respectée de tous. En tout cas c’est de vous, de vos connaissances et de votre expérience que j’ai appris les ficelles de ce métier nouveau pour moi, et plus généralement tout ce qu’un chef d’équipage devait savoir.

 

Vous avez conquis l’adhésion de vos subordonnés et obtenu des résultats remarquables, grâce à votre solide bon sens, votre jugement avisé et astucieux, votre simplicité et votre joie de vivre communicative. Tout paraissait facile avec vous, même les missions les plus délicates.

 

En faisant ce métier, vous étiez entré dans l’Histoire, témoin de la guerre froide et de la réalité de la menace soviétique qui pesait sur l’Europe occidentale.

 

Du fait des compétences que vous aviez acquises à Berlin et en Allemagne de l’Est, à votre retour en France vous avez été appelé ensuite à différentes fonctions en état-major liées au renseignement, et dans cette suite logique vous avez été affecté en 1978 au poste d’Attaché de l’Air adjoint à Moscou.

 

Pour vous ce séjour au pays des Soviets a surement été passionnant et enrichissant à bien des égards, même si vous avez du ressentir une certaine frustration par rapport à ce que vous aviez vécu au cours des missions en Allemagne de l’Est pendant lesquelles, assez fréquemment, le taux d’adrénaline pouvait monter vite et fort.

 

Et enfin, à votre retour en France c’est la fin de votre carrière d’officier. Vous avez quitté l’Armée de l’Air, et vous avez entamé une deuxième carrière dans l’industrie électronique chez Alcatel.

 

Et maintenant c’est de l’homme que je voudrais parler.

 

Nous nous sommes retrouvés après la création de l’Amicale des anciens de la MMFL quand vous y avez adhéré avec enthousiasme. Vous avez alors accepté la charge de trésorier de l’association que vous avez assumée pendant douze années jusqu’en 2016 avec le sérieux, la précision et la modestie que nous vous connaissons.

 

Vous avez toujours participé à toutes nos réunions et à tous nos voyages. Aimé de tous,vous y apportiez non seulement votre vitalité et votre inaltérable bonne humeur, mais aussi un humour poétique, comme cette complainte du suiveur sous les tilleuls de Michendorf que vous avez si joliment composée pour notre plus grand bonheur.

 

A propos de vos talents littéraires, j’ai également admiré le remarquable travail d’historien que vous avez fait au sujet de ce Lancaster britannique qui s’était écrasé dans les environs de Granges pendant la guerre.

 

Enfin, quand vous avez été vraiment à la retraite, vous avez commencé à explorer le monde par des voyages lointains. Annie et moi, nous avons toujours reçu de votre part une petite carte amicale, reconnaissable entre mille par votre belle écriture bien formée qu’on n’enseigne plus dans nos écoles connectées.

 

Merci André pour cette amitié et cette fidélité.

 

Et maintenant c’est à vous, les enfants d’André, que je m’adresse.

 

Vous avez déjà connu l’épreuve de la maladie et de la mort de votre mère, Josette, partie trop tôt il y a quelques années et maintenant c'est le tour de votre père.

 

Au nom de mes camarades, je voudrais exprimer toute notre sympathie et notre affection à vous quatre, ainsi qu’à vos familles, et vous dire que nous prenons part à votre peine et à votre chagrin. Vos parents sont maintenant réunis dans vos cœurs comme ils le sont pour l’éternité.

 

Et à vous André je dirais comme dans votre complainte :

 

Mais tout cela est du passé

Du bon vieux temps on peut rêver

Même si nous sommes amorphes

Sous les tilleuls de Michendorf ...

 

J’ajouterai simplement ce que disent les soldats russes à leur camarade mort: Que la terre natale te soit douce. Repose en paix.

 

 

 

 

Général (2S) Jean-Paul Huet

Président d’honneur de l’Amicale des anciens de la MMFL.

 
 
 
 La complainte du suiveur.jpg



14/06/2021
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 239 autres membres