secrets-de-la-guerre-froide

secrets-de-la-guerre-froide

Echange d’informations entre le MfS et le KGB (P.M)

Echange d’informations entre le MfS et le KGB

Document en allemand traduit du russe et daté du 15 novembre 1975

 

                                   

 KGB capture.JPG

 Insigne du KGB

 

VIIIème division principale 2039

15/11/75

Traduction du russe

 

Echange d’informations

 

entre la division des sections spéciales du KGB[1] du groupe des forces soviétiques en Allemagne (GFSA) et la VIIIème division principale du MfS de la RDA

 

Conformément aux propositions soumises en novembre 1975 lors de la délibération entre la direction de la division des sections spéciales du KGB auprès du conseil des ministres de l’URSS et la VIIIème division principale du MfS, il apparaît indiqué de procéder à l’échange mutuel des informations suivantes :

 

  1. Au niveau des directions de la division des sections spéciales du KGB et de la VIIIème division principale du MfS

 

-          dossiers sur les plans et intentions des missions militaires de liaison (MML) occidentales auprès du commandant en chef du GFSA relatifs à l’exercice d’une activité de renseignement ou de subversion contre le GFSA ou la NVA ainsi que contre des citoyens de l’URSS ou de la RDA, ainsi que des informations exhaustives sur les moyens, les méthodes et les procédés tactiques employés par elles dans leur activité hostile ;

 

-          données fiables sur les représentants des services secrets adverses qui envisagent de visiter comme invités les villas des MML, dans la mesure où la mise en oeuvre de mesures opérationnelles communes à leur encontre est appropriée ;

 

-          propositions de mise en œuvre de mesures tchéquistes drastiques[2] à l’encontre de certains membres des MML (suivi ostensible, mise en place d’obstacles au déplacement en véhicule, rétention) en présence d’indications selon lesquelles ils ont systématiquement enfreint les règles qui leur sont imposées ;

 

-          propositions de mise en œuvre de mesures opérationnelles drastiques à l’encontre de membres bien précis des MML (blocage, fouille du véhicule, etc…) en présence d’indications fiables selon lesquelles ils transportent dans leurs véhicules des personnes n’appartenant pas à la MML pour les faire sortir clandestinement de RDA, ou bien des armes et des équipements utilisés pour l’acquisition du renseignement sur des objectifs du GFSA et de la NVA[3] ;

 

-          propositions de modification des limites des zones interdites permanentes (Sperrgebiete[4]) aux membres des MLM ;

 

-          dossiers sur les relations de membres des MML avec des citoyens de l’URSS, de la RDA ou d’Etats tiers, dont le traitement (sauf dans le cas de citoyens soviétiques[5]) nécessite la mise en œuvre de mesures en commun ;

 

-          indications sur la structure des trois MML occidentales à Berlin-Ouest, sur leurs relations avec des organismes et des installations des autorités occupantes de cette ville, y compris avec des services secrets ;

 

-          dossiers sur les personnels travaillant à temps complet dans les MML à Berlin-Ouest, qui sont d’intérêt opérationnel et qui sont reçus comme invités dans les villas à Potsdam ou qui se rendent dans le Berlin démocratique[6] ;

 

-          dossiers sur la protection des installations des MML à Berlin-Ouest ainsi que sur le régime de sûreté en vigueur à l’intérieur ;

 

-          indications relatives à des citoyens de Berlin-Ouest employés à des tâches ne requérant pas de qualifications[7] (cuisiniers, serveurs, personnels d’entretien, chauffagistes, etc…) ;

 

-          indications relatives à l’emploi par des membres des MML de citoyens de Berlin-Ouest ou d’étrangers comme employés de maison ;

 

-          informations sur des entreprises commerciales et des lieux culturels à Berlin-Ouest (magasins, restaurants, théâtres, salles de concert, clubs, etc.) souvent visités par les membres des MML ;

 

-          autres indications d’intérêt opérationnel pour l’organisation du travail de contre-espionnage à l’encontre des personnels des trois MML occidentales.

 

  1. Au niveau des services de la division des sections spéciales du KGB auprès du conseil des ministres de l’URSS et du 5ème bureau[8] de la VIIIème division principale du MfS de la RDA l’échange des informations suivantes est utile________________________

 

-          dossiers d’intérêt opérationnel obtenus dans le cadre de la mise en œuvre de mesures d’entrave à l’activité de renseignement et de subversion des membres des MML ;

 

-          dossiers intéressants d’un point de vue opérationnel obtenus à la suite du traitement de certains membres des MML ;

 

-          données ponctuelles relatives aux méthodes et aux procédés tactiques de reconnaissance d’objectifs du GFSA, de la NVA et d’autres organes armés de la RDA ;

 

-          informations sur les déplacements et les actions de membres des missions sur le territoire de la RDA obtenues par la surveillance ou les comptes-rendus de diverses sources relatifs aux voyages des observateurs militaires ;

 

-          indications sur les violations des zones interdites permanentes ou temporaires mises en place pour les membres des MML, pour lesquelles il est souhaitable que le chef de service ou ses collaborateurs opérationnels soient informés d’urgence par téléphone ou de vive voix. Par la suite, cette information, avec sa confirmation par des déclarations de témoins oculaires, doit être transmise au service de la division des sections spéciales du KGB pour être utilisée dans les protestations officielles ;

 

-          informations sur des accidents de la circulation impliquant des véhicules des MML, dont il y a lieu de rendre compte immédiatement par téléphone. Il est indiqué de communiquer par écrit les dossiers d’enquête de ces incidents à la division des sections spéciales du KGB pour les utiliser contre les chefs des MML à fin de protestation ou de réponse à des protestations ;

 

-          informations sur la nécessité d’employer des mesures opérationnelles actives pour mettre un terme à l’activité de renseignement de membres des trois MML occidentales ou de les mettre hors d’état d’agir pour un certain temps, en relation avec de grands exercices du GFSA, de la NVA, des pays membres du pacte de Varsovie, ainsi que de consultations et de réunions importantes à caractère international ;

 

-          des dossiers sur les membres des trois missions occidentales ou les militaires des trois Etats occidentaux reçus comme visiteurs par les missions, obtenus par des agents agissant au sein des villas des MML à Potsdam ;

 

-          des informations provenant de ces agents sur des comportements inappropriés de membres du personnel de service dans les villas des missions, pouvant conduire à démasquer les moyens employés par les deux organes et les méthodes du contre-espionnage face aux missions et avoir d’autres conséquences non souhaitées ;

 

-          des dossiers sur un éventuel renforcement de mesures systématiques dans les villas des missions à Potsdam (mesures ciblées de compromission d’agents des deux organes, prise de mesures de sûreté renforcées, installation secrète de dispositifs techniques destinés à écouter les conversations de nos sources, etc.) ;

 

-          informations sur des déclarations de personnes pouvant représenter une menace pour la sécurité des villas et du personnel des trois missions occidentales[9].

 

En outre, le service de la division des sections spéciales du KGB pour le GFSA informe en permanence sans que la question lui soit posée le 5ème bureau de la VIIIème division principale du MfS sur les sujets suivants :

 

-          dossiers sur l’affectation de nouveaux membres des missions ou leur mutation ;

 

-          demandes de visites aux villas des MML émanant de militaires des trois Etats occidentaux ;

 

-          dossiers sur les négociations entre le commandement de la section des relations extérieures du GFSA et les chefs des missions sur des questions touchant la sécurité de la RDA ou de ses ressortissants ;

 

-          informations sur les mesures de rétention effectives de membres des MML pour violation des règles qui leur sont imposées, sans participation de représentants de la NVA ou de la Volkspolizei de la RDA ;

 

-          informations sur la venue aux villas des MML d’employés du service de l’administration des logements ou de ressortissants de RDA pour y effectuer des travaux de réparation ;

 

-          demandes de la part des chefs de mission de travaux de réparation dans les locaux des villas ou d’entretien de leurs dépendances.

 

Le 5ème bureau de la VIIIème division principale du MfS remet de son côté au service de la division des sections spéciales du KGB des informations sur les sujets suivants :

 

-          comptes-rendus d’observation de membres des MML, comptes-rendus quotidiens sur les sorties de membres des missions, statistiques mensuelles sur les sorties des observateurs et leurs actions de renseignement dans les zones comportant des objectifs du GFSA ;

 

-          rapports sur les mesures opérationnelles de surveillance effectuées dans les villas des trois MML occidentales et là où les observateurs passent la nuit (division 26 du MfS[10]) ;

 

-          informations sur le comportement des membres des missions lorsqu’ils passent la nuit dans des hôtels en RDA (dans les hôtels proprement dits, lors de fréquentations de restaurants, bars, etc.), les contacts qu’ils prennent, etc. ;

 

-          informations immédiates sur les violations des limites des zones interdites permanentes ou temporaires par des membres des MML, et remise ultérieure des dépositions des témoins oculaires ;

 

-          dossiers sur les accidents de la circulation impliquant des véhicules des MML, le niveau de responsabilité des membres des missions et l’étendue du dommage qu’ils ont causé au parc automobile et aux ressortissants de RDA ;

 

-          informations sur les visites systématiques faites par des membres des missions militaires dans des magasins, des restaurants, des salons de coiffure, divers ateliers, etc. à Potsdam et ses environs, Magdebourg, Leipzig, Dresde, Karl-Marx-Stadt, Rostock, Neustrelitz, Halle et Wittenberge.

 

 

 



                                                                           MFS capture.JPG

                                                                                                                          Insigne du MFS


[1]
Le sigle russe bien connu est laissé ici au lieu de la traduction du développement en allemand de KfS (Komitee für Staatssicherheit) : comité pour la sécurité de l’Etat. Quant au terme « sections spéciales », il correspond à celui en russe de Spetsnaz (NdT).

[2] L’expression est surprenante et pléonastique (on imagine mal des mesures tchéquistes souples…) mais figure dans le texte original. Il s’agit évidemment de mesures ciblées de harcèlement (NdT).

[3] De nouveau les Allemands de l’Est tentent d’obtenir des Soviétiques une remise en cause de l’immunité conférée par les accords aux membres des Missions et aux « courriers », c’est-à-dire aux véhicules qui les transportent (NdR).

[4] Sperrgebiete signifie justement zones interdites en allemand. On peut voir dans la formulation une tentative d’assimilation des zones interdites fixées par les Allemands de l’est et matérialisées par des pancartes Sperrgebiet aux zones interdites notifiées par les Soviétiques (NdT).

[5] La réserve montre bien que le MfS n’est pas l’égal du KGB (NdT).

[6] Entendre Berlin-Est (NdT).

[7] On peut espérer que l’auteur sous-entend « qualifications en matière de renseignement », à moins que ceci ne confirme la qualité des restaurants est-allemands… (NdT).

[8] Le 5ème bureau de la VIIIème division principale du MfS était en charge du contre-espionnage contre les missions (NdT).

[9] Il est intéressant que ceci figure, à une époque où le terrorisme était loin d’avoir l’ampleur qu’il a de nos jours, surtout dans un pays socialiste (NdT).

[10] Cette division indépendante du MfS relevant de l’un des adjoints du ministre était en charge des écoutes téléphoniques, de la surveillance technique (micros, caméras) des locaux fermés, du marquage des véhicules cibles et de la détection de moyens techniques similaires utilisés par l’adversaire (NdT).

 



30/03/2019
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 195 autres membres